top of page

Découvrez l'écosystème essentiel de votre corps: le microbiote intestinal

Dernière mise à jour : 1 juil.


Notre intestin abrite une véritable communauté de près de 100 milliards de microorganismes, comprenant des bactéries, des levures, des champignons, des virus, des archées, formant ainsi ce que l'on nomme la flore intestinale ou microbiote intestinal. Ce microcosme pèse environ 2 kg et joue un rôle crucial dans notre santé globale.

Le microbiote n'est pas confiné aux seuls intestins ; il existe également dans d'autres parties du corps telles que la bouche, la peau et les voies uro-génitales, où il interagit de manière complexe.

Étant donné que près de 80% de notre système immunitaire réside dans nos intestins, il est impératif d'en prendre soin pour préserver notre bien-être.

Jusqu'à récemment, il était communément admis que les bébés naissaient avec un tube digestif stérile. Cependant, des recherches récentes suggèrent une colonisation bactérienne intra-utérine par le biais du liquide amniotique et du placenta (1).Ainsi, le microbiote du bébé commence à se former avant même sa naissance, avec le placenta jouant un rôle clé dans sa santé future. Des déséquilibres dans la flore intestinale de la mère pendant la grossesse pourraient même entraîner un accouchement prématuré, soulignant l'importance de soigner la flore intestinale dès la grossesse. (2).

Après la naissance, le bébé est colonisé par les bactéries vaginales et fécales de sa mère lors d'un accouchement par voies basses. En cas de césarienne, cette colonisation est différente, impliquant principalement la peau de la mère et l'environnement. L'allaitement maternel, même pour une courte période, offre des avantages considérables en termes de transmission de bifidobactéries bénéfiques.


Si l'allaitement n'est pas possible, il est recommandé de consulter un spécialiste pour des conseils en probiotiques ciblés afin d'aider à coloniser l'intestin du nourrisson, surtout pendant sa première année de vie, lorsque le microbiote est en plein développement et ne peut plus être modifié après les trois premières années.


Le microbiote acquiert sa composition définitive dans les 3 premières années de vie. Ensuite, on ne peut plus le modifier... D'où l'importance cruciale de soigner la flore intestinale de votre bébé!

La dysbiose qui est une perturbation de l'équilibre du microbiote, peut avoir des conséquences sur la santé. La composition de la flore comprend principalement des bifidobactéries et des lactobacilles, ainsi que des virus, des levures et des mycètes.

Les lactobacilles prédominent dans l'intestin grêle, où se déroule l'absorption des nutriments, tandis que les bifidobactéries sont principalement présents dans le côlon, jouant un rôle protecteur.

Système digestif

Système digestif Intestin grêle en détail









La communication entre le cerveau et le système intestinal s'opère à travers les neurones mésentériques, établissant ainsi une interaction bidirectionnelle cruciale.

En cas de déséquilibre de la flore intestinale, caractérisé par une prolifération de bactéries pathogènes, telle que la flore de putréfaction, les signaux essentiels émis par la flore, tels que l’acide butyrique et le propionate (des acides gras à courte chaîne AGCC), sont également altérés.

L'acide butyrique, ou butyrate, un acide gras à chaîne courte (AGCC), synthétisé par la flore à partir des fibres végétales présentes dans l'alimentation (telles que les céréales, les légumineuses, les légumes et les fruits), joue un rôle crucial dans le maintien de la santé intestinale. Il alimente les cellules intestinales, favorisant leur régénération et leur fonctionnement optimal. Ces cellules agissent comme une barrière, empêchant la pénétration de substances indésirables dans le sang, responsables d'inflammations et d'intolérances alimentaires.

Quant au propionate, un autre acide gras à chaîne courte, il régule notre appétit en envoyant des signaux appropriés au cerveau. Une production insuffisante de propionate, due à un déséquilibre de la flore, peut entraîner une prise de poids ou des problèmes de diabète.

Quant au propionate, un autre acide gras à chaîne courte, il régule notre appétit en envoyant des signaux appropriés au cerveau. Une production insuffisante de propionate, due à un déséquilibre de la flore, peut entraîner une prise de poids ou des problèmes de diabète.

De plus, le microbiote intestinal produit de la vitamine K, reconnue pour ses propriétés anti-inflammatoires et son rôle protecteur pour le système cardiovasculaire, réduisant ainsi la mortalité toutes causes confondues.

Un microbiote déséquilibré favorise la prolifération de bactéries pathogènes comme le Candida et les Firmicutes (tels que Clostridium et Streptococcus), au détriment des "bonnes bactéries" comme les Bifidobactéries, les Lactobacilles et les Bacteroidetes, essentielles pour notre santé.

Pour maintenir un microbiote intestinal sain et équilibré, plusieurs facteurs peuvent perturber son équilibre :

  • Une diversité insuffisante du microbiote maternel pendant la grossesse

  • Une naissance par césarienne

  • L'utilisation de lait infantile

  • Une alimentation riche en graisses et en sucre (malbouffe)

  • Le stress chronique

  • L'utilisation de médicaments, tels que les antibiotiques et les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP)

  • Les maladies d'enfance mal soignées

  • Les chirurgies

L'inflammation provoquée par un déséquilibre du microbiote, appelé dysbiose, peut avoir des répercussions au-delà de l'intestin, pouvant atteindre la barrière hémato-encéphalique et entraîner des troubles mentaux tels que la dépression et d'autres problèmes psychiques.

Pour favoriser la santé de notre microbiote, il est essentiel de fournir des éléments nutritifs appropriés :

  • Les fibres présentes dans les fruits, les légumes, les céréales complètes et les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots secs)

  • Les fruits à coque et les fruits secs

En conclusion, maintenir un microbiote intestinal diversifié et florissant est crucial pour une bonne santé. Une alimentation équilibrée et variée, riche en fruits et légumes, est un élément clé pour prévenir un large éventail de maladies chroniques, telles que la maladie de Crohn, la maladie cœliaque, la rectocolite hémorragique, la sclérose en plaques, l'arthrite rhumatoïde et la fibromyalgie.


Lien pour prendre rendez-vous avec moi: -> clic ici

(1) Une colonisation in utero déterminante pour la santé future de Rémi Gschwind, Thierry Fournier, Marie-José Butel et Sandra Wydau-Dematteis

(2) La prématurité spontanée et le microbiote maternel de Nathalie Côté, Jean-Charles Pasquier, 2018





Comments


bottom of page